Attention à la pression marketing

Qu’appelle-t-on la « Pression Marketing » ?

La « Pression Marketing » est en fait le nombre de fois où vous contactez un même individu.
Si cette « pression marketing » devient trop importante au cours d’une période jugée brève (tout est suggestif et fonction de l’appréhension de l’internaute) vous risquez alors d’avoir une image de spameur, et vos courriers pourraient très bien aller faire un tour à la corbeille sans même être lus…

Le but est donc de mesurer régulièrement cet indicateur en indiquant une valeur maximum à ne pas franchir (exemple : 3 courriers par mois).

En effet, outre le phénomène « Spam » indiqué ci-dessus, n’oubliez pas que trop sollicité, votre internaute peut aussi être incité à se désinscrire de votre base de données, et vous n’aurez alors légalement plus le droit de lui écrire (à moins qu’il ne se réinscrive, mais n’y comptez pas trop…).

Alors, une règle que je vais vous donner et qui pourra vous épargner ce genre de problème : « Trop d’e-mails, Tue l’e-mail ! »

3 réponses sur “Attention à la pression marketing”

  1. Bonjour,
    La pression marketing ne veut rien dire en soi.Ce qui fait éclater le verre c’est la pression bien sûr mais la résistance du verre (cristal,verre simple, verre incassable etc).
    Chaque individu réagit en fonction de son environnement et de son exposition, en fonction de l’attractivité des offres et de leur adaptation « sur mesure ».
    En résumé je ne connais personne capable de définir une règle universelle car 3 emailing/mois c’est dérisoire pour certains et énorme pour d’autres. Le contenu prime sur la fréquence.L’utile sur l’inutile.Les motivations sur la taille de la boite aux lettres.
    Cordialement

  2. Certes tout depend de la resistance de chacun mais en meme tps la loi Pareto s’applique aussi dans ce domaine, ceux pret a supporter 3 par semaines seront probablement les moins nombreux…
    d’experience de vpciste un mailing papier tous les 15 jours c’est le maximum supportable au dessus on risque de perdre ces clients (certes pas les meilleurs) mais les autres oui, or ils representent souvent une part non negligeable de votre CA.

  3. Bonjour,

    Vous vous en doutez, je vais prêcher pour ma paroisse, car effectivement, je partage l’avis de Spirou.

    Ainsi, et comme je l’indique dans l’article ci-dessus, il me semble essentiel de définir un seuil maximal à ne pas dépasser, et ce en terme de nombre de campagnes emailing envoyées sur une cible pendant une période données.

    Après, tout est subjectif, et fonction de l’appréciation de l’emaileur, outre de sa problématique de rentabilité.

    Mais ce qui est sûr, c’est qu’une base de données sur-sollicitée aura un taux de réponse (ouverture, clic, transformation) moindre…

    Merci d’avoir lancé le débat Serlac, et à très bientôt sur le sujet de la pression marketing ;)

    Marco pour Emarketool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *