Techniques rédactionnelles

Voici quelques techniques rédactionnelles relatives à vos opérations e-Mailing Marketing.
Effectivement, après avoir optimisé le nom et l’objet de vos messages (afin d’en favoriser l’ouverture), il est temps d’optimiser le message lui-même…

Car une fois l’e-mail ouvert, la bataille n’est pas terminée, il reste à « séduire » votre destinataire.

Pour cela, il faudra bien évidemment penser à la présentation de votre message (HTML, PlainText).

Votre texte doit être bref, clair et aéré.
Même si vous ne payez qu’un coût modique pour chaque e-mail envoyé, vous ne devez pas vous sentir obligé d’en « écrire 3 tonnes ».
Utilisez donc des phrases courtes.

En outre, votre texte doit permettre à l’internaute de voir en un seul coup d’œil le sujet essentiel du message (détachez la phrase du reste du texte).
En effet, l’internaute ne lit pas, il « scanne ». C’est-à-dire qu’il regarde le message rapidement, en saisissant quelques mots par ci par là, afin de comprendre en moins de 10 secondes ce qui lui est proposé.

Enfin, voici d’autres éléments à prendre en compte :

  • placez des liens pointant vers les pages Internet concernées.
    Vous parlez d’un de vos produits ? Mettez un lien vers la page relative à ce dernier, et non pas un lien vers la page d’accueil de votre site (la fameuse règle d’or du « minimum de clics »).
  • rendez le logo de votre société cliquable.
    Rendre le logo cliquable vers la page d’accueil de votre site est une simple convention.
  • utilisez un vocabulaire compréhensible et adapté.
    Votre cible n’est peut-être pas un Ingénieur spécialisé de niveau Bac+7. Evitez donc d’utiliser un jargon trop technique pour lui.
    Il est donc nécessaire d’adapter son langage à son destinataire.
  • personnalisez votre message.
    Votre base de données comporte probablement des informations telles que « civilité », « prénom » et « nom » de vos destinataires.
    N’hésitez pas à commencer votre message par un « Bonjour Monsieur Dupont ».
  • n’utiliser ni de majuscules abusives (mauvais effet visuel) ni de ponctuations inadéquates (évitez les « ??? » ou « ?! »).
  • veillez à l’orthographe, grammaire et syntaxe.
    Vos messages seront probablement à caractère commercial (ou du moins mettront en évidence votre marque). Evitez d’avoir une image d’incompétence liée à une mauvaise utilisation de votre propre langue.
  • signez vos messages.
    Vos e-mails devront être signés, et de préférence comporter les coordonnées directes du contact avec lequel l’internaute pourrait choisir de se mettre en relation.
    Prénom, Nom, Fonction, Adresse, Téléphone, e-Mail et Url sont les éléments d’une bonne signature.
  • rendez explicite le « call-to-action ».
    Le « call-to-action » est l’action que vous espérez voir effectuer par l’internaute.
    Faites en sorte que ce soit clair (« Appelez votre conseiller », « Rendez-vous sur notre site internet », etc.)
  • un seul sujet.
    Evitez de rendre le message confus en parlant de plusieurs sujets (exception faite pour la Newsletter Informative) et tâchez de n’avoir qu’un seul message à transmettre par opération.
  • utilisez des liens url courts.
    Afin d’éviter de polluer vos messages et de subir le phénomène du « lien cassé », évitez d’avoir des liens urls trop longs. Les plus brefs seront les meilleurs.
  • évitez les formulaires.
    Ne pas mettre de formulaire dans vos e-mails. Vous avez 9 chances sur 10 que cela ne marche pas en raison des spécificités des outils de messagerie de vos contacts.

ATTENTION :
Autre détail qui a toute son importance.
L’utilisation de l’e-mail en tant qu’outil marketing et commercial est aujourd’hui (du moins en France et bon nombre de pays européens) extrêmement encadré.
Il ne faudra pas oublier (sous aucun prétexte) d’ajouter un lien en bas de l’e-mail qui permettra facilement à l’internaute de se désabonner. En effet, c’est une obligation légale pour les annonceurs !

Et c’est le genre d’obligation légale qu’il vaut mieux suivre tant les textes de loi sont clairs et les autorités compétentes strictes en la matière (la CNIL notamment).

Ce lien pourra être de 2 types :

  • Soit un lien de réponse par e-mail (un « mailto : » dans le jargon) dans lequel le destinataire vous indiquera qu’il souhaite être désinscrit de votre base de données
  • Soit un lien Internet vers un formulaire en ligne permettant la désinscription aisée de la part de l’internaute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *