La place de l’Emailing au sein du Marketing Direct

On peut se demander qu’elle est la place de l’e-Mailing Marketing au sein du Marketing Direct.
En effet, le Marketing Direct se composait, avant l’arrivée des e-mailings, d’une vaste quantité d’outils et de moyens…

Et parmi les moyens à sa disposition, le Marketing Direct avait déjà :

> le mailing

Et oui, le plus ancien moyen de communication utilisé par le Marketing Direct reste le mailing.
Le mailing, c’est un envoi massif de mails… et les mails, ce sont des courriers (des lettres donc).
Au final, l’e-mailing est une transposition aboutie et interactive du mailing.

> le faxing

Situé entre le mailing et le e-mailing, il y a le faxing…
Le faxing, c’est comme son nom le laisse supposer, l’envoi massif de fax.
C’est un moyen de communication en forte perte de vitesse car à la rentabilité est faible en comparaison des aux autres moyens à disposition du Marketing Direct.

> le phoning

C’est le fait de mener des campagnes d’appels téléphoniques…
Malgré la délocalisation de ce type de service dans des zones au coût de main d’œuvre plus faible qu’en France, c’est également un moyen en perte de vitesse.
Et bien qu’il permette une relation plus « proche » du prospect/client, le démarchage téléphonique est souvent très mal perçu par le destinataire (tout comme le faxing et les campagnes de SMS)

> le SMS-ing (autrement appelé le Mobile Marketing)

A chaque technologie, son utilisation marketing.
Le SMS devient aujourd’hui, peu à peu, un moyen de Marketing Direct…
Malgré tout, jugé très (trop) intrusif par les destinataires, les campagnes de SMS ont peu de succès.
Nul doute que ce que l’on appellera le SMS-ing (?) aura du mal à se développer aussi fortement que le e-mailing.

> l’Emailing

Je ne redéfinirai pas ce qu’est l’Email Marketing (dont vous pourrez trouver une définition sur ce site).
Néanmoins, il est utile de savoir que c’est aujourd’hui le moyen de communication au coût le moins élevé afin de toucher une cible donnée (le coût unitaire est constamment le plus faible).
Moins onéreux que le mailing (pas de frais de timbrage ou d’impression), que le faxing (pas de frais d’envoi), que le phoning (pas de personnel d’appel) et que le SMSing (le coût au SMS reste encore plus élevé car l’on passe par des opérateurs indépendants), l’e-Mailing Marketing a donc encore de belles années devant lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *