Je tue un ami, une nouvelle opération de Buzz Marketing par 13ème rue

jetueunami.comEst-il encore nécessaire de présenter 13ème rue ?
Cette chaîne de télé spécialisée dans les films d’action et de suspense, disponible sur le câble, par satellite ?

Mais si, cette chaîne nous avait déjà habitué à de belles opérations de communications bien « viralisantes ».
On se rappellera notamment de ce très sympathique Gali’ l’Aligator (ou comment 13ème rue ferait des films pour enfants).
Et bien voilà que 13ème rue nous revient avec une nouvelle opération de Buzz Marketing, une opération nommée « Je tue un ami« .
Bon, c’est un peu violent faut le dire (le site est d’ailleurs déconseillé aux moins de 16 ans) mais tellement fun !

En clair, 13ème rue vous propose de tuer un ami (hola ! ho ! juste pour rire, ok ?!) sur www.JeTueUnAmi.com.
Il suffit pour cela de prendre une photo d’identité de votre ami(e) (ou à défaut, d’avoir une photo de son visage de face) et de choisir un des tueurs présent : Big, Ivan, Toni, Monika, Oliver… des tueurs à gage plus terribles les uns que les autres.

Et voilà, une fois la photo choisie envoyée et le tueur sélectionné, vous n’aurez qu’a valider le tout pour assister à de (trop mais très) sympathiques courts métrages !

Avouons que j’ai également eu l’occasion de me faire tuer par un ami… c’est pas cool ça ! :D
> voir la vidéo où Marco (oui, c’est moi) a été tué par une ami (pas cool)…

Mais heureusement, la police a retrouvé cet « ami » qui avait engagé le tueur ! (car oui, vous pourrez mener l’enquête).

En conclusion :
Une opération de
Buzz Marketing intéressante, avec un site très bien fait, dont je ne doute pas du pouvoir de viralisation !

34 réponses sur “Je tue un ami, une nouvelle opération de Buzz Marketing par 13ème rue”

  1. Salut Jerembuzz,

    Tout à fait d’accord avec toi ! C’est une très belle techno. encore « sous-exploitée »… mais, il y a certainement une histoire de coût la-dessous ;)

    A bientôt,
    Marco pour Emarketool.fr

  2. Bonjour Marco.

    J’entends bien ton analyse enthousiaste et ton commentaire fait sur mon blog(http://ctoucom.blogsporit.com) mais je suis sensible aussi à des commentaires entendus ce week-end. Les publics moins avertis au Marketing web (sur un échantillon de mes amis) voient malgré eux bien plus la violence et exprime le malaise que créé par les séquences vidéos (ils ont le sentiment réel de voir tuer leurs amis, et de manière parfois « trop explicites ») et la subtilité marketing qui rend si « viral » le concept du site leur échappe au profit du malaise persistant. Voulant faire une démo rapide à ma femme, j’ai commandité mon meurtre en son nom, ça n’est pas passé du tout quand en plein footing, elle a constaté l’impact de la balle de fusil dans ma tête… et c’est très explicite sur la vidéo. Pire encore, le plan fixe sur mon corps allongé, et les traces de sang sur le visage n’ont pas plaidé en la faveur du site.

    Alors je m’interroge simplement du prix à payer pour être viral. De plus, l’enjeu de bien connaître sa cible (et sa tolérance à la violence ici). Mais avec Internet, il est impossible d’interdire un enfant de tomber sur le site, et commandité le meurtre d’un proche… Où finie et commence la morale numérique !

    Les (déjà) fans pourront adorer ce concept car ils y retrouvent l’ambiance de la chaîne, mais pour les autres c’est un mystère en terme de ROI : La morale chère au rôle d’un parent, l’éducation et les valeurs de notre société, ou encore la personnalité d’enfants et adultes dits « gentils » seront choqués et non conquis par la chaîne…

    On se souvient de pubs virales déjà diffusées dont certaines devenues des « bad Buzz ». Oui internet permet d’aller plus loin et de décaler encore plus les messages mais nécessite aussi une maîtrise accrue des valeurs, par les annonceurs.

    stéphane

  3. Bonjour Stéphane,

    Merci d’être passé et de nous avoir fait part de ton intéressant avis ;)
    Je comprends tout à fait les éléments que tu évoques : cette violence ne passe pas forcément auprès de tous.

    Mais plus loin que de dire que cette opération ne plaira qu’aux amateurs du genre et/ou du eMarketing, je dirai plutôt que : qui dit « Buzz » dit « Emotion ».

    Créer un buzz, le faire amplifier, passe nécessairement par la phase de l’intérêt et de l’émotion.
    On peut jouer sur le rire, sur la crainte, l’horreur, etc. mais il faut néanmoins parvenir à capter l’attention du futur « buzzeur » et, en outre, déclencher en lui le mécanisme typique du « faut que j’en parle ! »

    Alors, tu as raison, 13ème rue (et les vidéos présentées) sont peut-être « too much » (balle dans la tête par un sniper, décapitation par un katana, etc.) mais au moins, on en parle.

    Par contre, oui, je suis encore tout à fait d’accord avec toi sur la notion de « Bad Buzz »…
    Mais n’oublions pas : ces vidéos se destinent à un public adulte… la chaîne étant également pour adultes (en tout cas, pour les +16ans).

    A bientôt,
    Marco

  4. Mais qu’est-ce que çà change que ce jeu s’adresse à des adultes? Vous ne reculez devant rien!! A gerber. J’espère que ce jeu sera interdit.

  5. A lire les commentaires de Romane et d’Omicron sur ce blog, et bien, on a l’impression qu’un « bad buzz » et en train de poindre son nez ! :p

    Bon soit… je comprends qu’on soit choqué (après tout, c’est bien le but des vidéos présentes sur le site « jetueunami.com »).

    Après tout, même moi, qui pose un regard pourtant bienveillant sur cette opération, j’ai été choqué par la séquence qui me montre en train de me faire « sniper ».

    Mais calmons-nous, diantre ! ;)
    On ne parle pas de la guerre dans le monde ! On parle d’une opération de Marketing Viral, avec un site web destiné au plus de 16 ans.

    Pourquoi revenir sur ce « +16 ans » ?
    Tout simplement car c’est à mon sens, l’âge minimum dans ce cas précis, qui permettra de « relativiser » et de je ne pas rester traumatiser…

    Choqué, oui, traumatisé, non…
    Mais quoiqu’il en soit, que le buzz soit « positivement » perçu ou « négativement » perçu, il a l’air de décoller…

    Cette opération me semble donc propice à devenir un cas d’école.
    Après tout, comme me le disait mon père : « on apprend de ses erreurs » ;)

    Affaire à suivre…

  6. Très bonne question « Le Petit Journal du Buzz » !

    Peut-on buzzer sur tout ?
    Et bien, je dirai que dans l’absolu, oui…

    Mais peut-on buzzer avec n’importe quel objectif :
    je dirai que non !

    La preuve en est, car récemment j’ai eu l’occasion de parler d’une campagne de pub. faite par une Association militant contre l’exploitation sexuelle…
    Le lien : http://www.emarketool.fr/une-campagne-publicitaire-choc-par-ecpat/

    J’ai donc buzzé sur un sujet « négatif », « intolérable », « horrible »…
    Un sujet choquant n’est-ce pas ?

    Et pourtant, n’est-ce pas pour la bonne cause ?
    Si, parfaitement !

    Donc, oui, on peut buzzer sur tout et n’importe quoi (après tout, « buzzer », c’est simplement « propager une idée/un concept ») mais, par n’importe comment (finalement, c’est ce qui choque ici dans l’opération « JeTueUnAmi.com ») et pas dans n’importe quel but.

    Car, la véritable morale dans une opération de buzz marketing (ou toute autre action publicitaire), n’est pas de le « quoi », mais le « comment » et le « pourquoi »…

    Enfin, cela n’engage que moi, bien évidemment. Mais c’est bien là, mon humble opinion ;)

  7. Séguéla n’est-il pas un des responsables de Euro RSCG qui a créé ce truc ? Le même Séguéla qui a dit : « Le Net est la plus grande saloperie qu’aient jamais inventée les hommes » !!!

    Sinon, je crois que cette notion marketing de buzz va finir par se retourner dans la gueule de certains. À force de prendre les gens pour des cons…

  8. Moi je trouve cela absolument génial et je ne suis en aucun cas choqué. J’ai fais cela avec 5 ou 6 amis qui ont tous bien rigolés, dont une amie qui se fait décapiter avec une photo en plein sourire ce qui crée un décalage complet.
    Le site est d’une rare qualité, et je trouve que bien nombres de films sont bien plus violents que ces petits assassinats rigolos entre amis.

  9. « Quoiqu’on en dise, le site JeTueUnAmi.com a au moins le mérite d’avoir attiré du monde ! Le 11/11/2009, 6 millions de visiteurs se sont rendus sur le site ! »

    Ah, ce culte aveugle de la quantité ! Comme si le nombre avait jamais été un argument… pour faire du fric, oui, et qu’importe les questions d’éthique, tant qu’on a le chiffre. Merci pour cette belle leçon d’humanisme.

  10. Pouet, l’humanisme n’a rien à avoir.
    C’est une opération de marketing, de buzz marketing pour être précis.

    Une opération de marketing, une opération commerciale, etc. est nécessairement évaluée sur une base de « quantité » (et à ceci peut s’ajouter une notion de qualité).

    Alors, désolé « pouet », mais les grands mots, placés au hasard dans une phrase, n’ajoutent rien à la valeur de l’individu, qu’il commente ou non une opération telle que celle-ci.

    Bonne soirée malgré tout, et merci pour ce commentaire (car après tout, tous les avis se doivent d’être entendus).
    Marco pour Emarketool.fr

  11. C’est remarquable, dans le même message vous arrivez à dire que ce que je dis n’a aucun sens (mots placés au hasard), mais que tous les avis doivent être entendus… Je ne vois pas bien comment vous pourriez entendre un message qui pour vous n’est que du bruit.

    Maintenant, je peux vous le dire autrement. Puisque selon vous le marketing est évalué quantitativement, le constat que je fais est : dans ce cas il n’y a plus de questions éthiques (pour vous c’est peut-être un grand mot, mais pour beaucoup de personnes c’est quelque chose qui a avoir avec leur conscience). Faire un « buzz » avec la souffrance d’autrui est donc acceptable, s’il y a un résultat derrière. En fait, faire du marketing avec n’importe quoi devient possible, peu importe de savoir si nous avons le moindre principe.

  12. Pouet, il n’y a rien d’étonnant à :
    – ne pas accepter votre propos sur « l’humanisme » notamment, qui a mon sens n’a pas sa place ici, même chose pour « l’éthique »
    – mais à reconnaître cependant que tous les avis doivent être écoutés et méritent leurs places ici

    Quant à savoir si le Marketing doit être évalué quantitativement, oui, c’est bien le cas.
    D’ailleurs, j’avoue ne pas connaître de nos jours une seule profession qui n’est pas évaluée de cette manière.

    Quant à faire du buzz avec la souffrance d’autrui, je suis un peu étonné de votre remarque…

    Lorsque le Téléthon fait sa campagne en montrant des photos d’individus atteint de myopathie, qui sont donc des images douloureuses, on (on, au sens générique, vous-moi-tout-le-monde) trouve ça tout à fait « normal ».
    (chacun y verra si oui ou non, il est aujourd’hui nécessaire de choquer pour qu’une campagne de communication fonctionne)

    Mais pour une campagne telle que jetueunami.com où il n’y a pas de souffrance à proprement parlé, mais un vaste canular, on pousse un cri au scandale.

    Donc une fois de plus, votre « faire du buzz avec la souffrance d’autrui » ne me semble pas applicable dans la campagne jetueunami.com
    Cela est plus adapté à une campagne telle que le Téléthon (c’est d’actualité d’ailleurs, offrez vos dons) ou encore dans le cadre de la lutte contre la violence faite aux femmes, etc.

    Quoiqu’il en soit Pouet, merci de votre participation.
    Et même si nous n’avons pas le même avis (c’est évident) il est intéressant de pouvoir échanger constructivement.

  13. « Et bien soit Pouet, la polémique que vous essayez d’entretenir »

    Votre mépris (que vous avez marqué à plusieurs reprises) est aussi intéressant que caractéristique.

    Il est vrai que tenter un débat avec un produit de la pensée-marketing était trop optimiste. Je formule un problème précis, et vous évitez le débat en changeant le sujet (Téléthon) et en modifiant les termes du problème (la question n’est pas de savoir si votre campagne – une saloperie pour utiliser le vocabulaire de J. Séguéla – utilise la souffrance d’autrui).

  14. « la question n’est pas de savoir si votre campagne »

    Pouet, cette campagne n’est pas la mienne…
    Je trouve l’idée bonne, la réalisation excellente.

    Mais je n’ai pas la prétention de dire que c’est MA campagne, car je ne travail ni chez 13ème rue, ni dans leur agence de comm’.

    Et oui, je ne souhaite pas poursuivre le débat que vous ne basez que sur votre propre interprétation, totalement subjective.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *