Pourquoi apporter de l’aide aux apprentis eCommerçants [Article Partenaire]

Emarketing Magazine - Ecommerce : Pourquoi aider les apprentis eCommerçantsL’un de mes hobby de webmaster est de livrer des critiques sur la conception et le design de sites, le plus souvent de boutiques en ligne, sur le forum c+c, puis plus récemment forum-marketing, J’ai même poussé le vice jusqu‘à m’inscrire sur le forum ergoref.

La plupart des webmasters qui soumettent leurs sites à des critiques sont amateurs, et montrent des sites qui feraient dresser les cheveux sur la tête des aficionados de la SEO. Mais après tout , pourquoi aider ces amateurs ? Ne représentent-ils pas une menace pour les professionnels, et leur bonne volonté donnera-t-elle les résultats escomptés?

Olivier Levy est un de ces webmaster confirmé, je lis son blog ecommerce régulièrement, et il livre dans son édito, cette phrase très intéressante :

Avec 2 sites ecommerce créés CHAQUE HEURE en France (chiffres ACSEL 2007), les entreprises qui passent la première année d’exploitation sont rares. Et dans cet écrémage, les petits ecommerçants représentent hélas presque la totalité. Manque de conseils et d’accompagnement stratégique en sont les causes…

Il faut connaître les ficelles du métier conclut-il, avant de prêcher pour sa propre paroisse. Grand bien lui fait, chiffres à l’appui, il dynamise son activité. Bon, et que peux-t-on tirer de cette conclusion pessimiste? Et pourquoi livrer gratuitement une partie de son savoir faire?

1.Critique de sites web pourquoi faire?

Il faut admettre en se promenant sur le net, que le milieu du e-commerce n’est pas tenu par des pros! Ce n’est pas là une découverte majeure, mais la plupart des boutiques n’ont ni queue ni tête. Les problèmes sont en générales récurrents : url rewriting, optimisation de la page (sémantique html qui ne ressemble à rien), les “balises meta” ne sont généralement pas du tout optimisés, ou alors ils sont sur-optimisés ce qui présente un danger majeur : celui de se retrouver avec une pelle et un seau dans le bac à sable de Google.

En règle général, le design est d’une sobriété absolue, on trouve en fait des boutiques fades, absolument pas optimisés pour le référencement, dont le destin n’est autre que de n‘être jamais indéxé par le Dieu Google et de finir abandonné, à défaut de vendre quoique ce soit !

En tant que Webmaster, mon intérêt n’est pas de me trouver des concurrents sympa, que j’aurais moi-même formé, au contraire ! Mon idée est plutôt de partager une partie de mon savoir-faire, afin d‘éviter à un grand nombre de foncer droit dans le mur.

Nous en arrivons donc à ce qui occupe ma pensée : La politique du pansement.
En fait, il est très simple d’agir rapidement sur un site web, et de lui redonner un petit coup de jeune assez rapidement, on colle une rustine par-ci par-là, l’espoir renaît, le site fait quelques ventes, pas de quoi casser trois pattes à un canard, quoique…

2.Chacun son métier ?

Quoique, finalement c’est pas si simple. Un e-commerçant n’a pas l’expérience du webmaster, ni ce qu’on pourrait appeler la connaissance du terrain. Si je ne prétends pas apprendre le web à un boulanger, je n’attends pas non plus qu’il m’apprenne à faire du pain ! Autrement dit, un bon commerçant ne sera pas forcément bon sur le net !

Je me dit (me chuchote à moi même) qu’il existe trois sortes de e-commerçants!
-ceux qui n’y connaissent rien, et qui massacrent joyeusement une niche.
-ceux qui ont entendu parler de référencement par leur petit neveu à Noël, et qui se mettent d’un coup, à remplir de milliers de caractères les balises méta.
-et finalement, les plus rares, ceux qui connaissent mieux le web que leur produits.

A ces derniers, je n’aurais que peu de critiques à apporter, aux autres, je leur conseillerais vivement de revoir leur copie. Et finalement, il faudra bien un jour reconnaître, que ce n’est pas parce qu’on arrive à lancer une boutique Zlio, que l’on va réussir dans le e-commerce. Autrement dit chacun son métier. Le temps passe, le stock reste plein, le banquier fait chauffer les braises pour vous torturer doucement! Vous perdez de l’argent, et réfléchissez.. Aurait-il fallu recourir aux services d’un webmaster compétent ?

3.Pessimiste, moi ? Vous devez faire erreur !

Bon, revenons à nos critiques de sites ! Lorsque j’officie sur certains forums, le coup de gueule monte doucement en moi, et parfois explose: “mais à quoi bon expliquer à untel qu’il peux améliorer son site?” Oui, au bout d’un moment, il n’est plus honnête de pousser la critique, il vaux mieux tout refaire.

Ma politique du pansement, transformer un site en vieux pneu de vélo, a une limite: au bout d’un moment, les sites finissent par ne plus tenir que par un fil, et tout se casse la gueule. Oui, les sites qui ne passeront pas la première année, on les reconnaît vite, mauvaise foi, méconnaissance du média web, et au bout de 6 mois, le site est toujours sur l‘établis du bricolo ! De rares sites (pour lesquels j’ai une pensée particulière) finissent par laborieusement évoluer, voir même atteindre des résultats très correctes!

Les autres sites, bancales, mal conçus dans des milieux trop concurrentiels n’ont aucunes chances !

Réalisme et lucidité

Alors, le e-commerce augmente de 20% par an ! Bon c’est un fait, mais je ne conseillerais pas à mes amis de se lancer dans le e-commerce sans avoir une bonne réserve de cash, un banquier sympathique, et un bon référenceur / webmaster / développeur.

Car, oui l’eldorado du web, ça n’existe pas ! Ce n’est pas en lisant des articles intitulés “10 façons de réussir sur le net” que l’on va arriver premier sur une requête concurrentielle!

Le réalisme, ici, c’est d’admettre que peu de commerçants ont les moyens de se payer un “super référenceur”, qui ira plus loin que d’appliquer la politique du pansement, et qui proposera de vraies solutions concrètes !

—–
Cet article vous est proposé par Pistil.
Extrait de son site Internet :
Pistil Design

Une réponse sur “Pourquoi apporter de l’aide aux apprentis eCommerçants [Article Partenaire]”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *