Quels indicateurs suivre

Voici une liste des indicateurs qu’il est bon de suivre lors de l’analyse d’une (ou plusieurs) opération d’e-Mailing Marketing.

> Taux de Lecture / Taux d’Ouverture
Bien que ces deux termes puissent sembler proches, il est bon de distinguer le fait qu’une « ouverture » (fait d’afficher un e-mail) ne s’assimile pas à la « lecture » (action concrète de lire et comprendre le contenu d’un message).
Malheureusement, il n’existe pas, à l’heure actuelle, de technologie qui permette de savoir si un internaute ayant ouvert un e-mail l’a, au final, réellement lu…
Quoi qu’il en soit, la finalité reste la même : avoir le meilleur taux possible !

Ce taux est calculé en faisant le rapport entre le nombre d’ouvertures d’un e-mailing et le nombre d’e-mails envoyés dans le cadre de cette même opération.
Exemple : 100 ouvertures pour 1.000 e-mails envoyés, cela donne un taux d’ouverture de 10%

Un taux moyen ce situe entre 30% et 40% et un très bon taux est généralement synonyme d’opérations réussies et voire d’un bon ciblage également.

> Taux de Clics
Le taux de clics correspond au nombre de clics récoltés par un e-Mailing.
Il s’agit ici de faire un ratio entre le volume de clics et le volume d’e-mails envoyés.

Un taux moyen se situe entre 1% et 5%.

> Taux de Bounces (soft et hard)
Ce taux aura bien évidemment tendance à décroître au fur et à mesure de vos opérations et du nettoyage de votre base de données. Ce dernier est généralement compris entre 1% et 10% (en fonction de « l’état » de votre base de données).

> Taux de Transfert
Il s’agit d’analyser le nombre de « strong>transferts » de votre e-mail, et son taux par rapport au volume d’e-mails global.

Un taux de transfert élevé est le signe d’un e-mail attractif… et probablement de type « viral » (marketing viral).

> Taux de Rentabilité
Il s’agit d’analyser la rentabilité d’une campagne et de confronter le CA alors généré au coût de la campagne afin d’en estimer le taux de rentabilité.

Inutile de dire que l’objectif d’une campagne d’e-mailing marketing marchand est de dépasser le taux de 100%

> Taux d’abonnement / désabonnement
Le taux d’abonnement peut être un bon indice quant à l’efficacité et l’attractivité liées à la votre campagne d’e-mailing.
Dans le cadre d’une campagne de marketing viral relayé par e-mail, il est tout à fait normal d’avoir des taux d’abonnement dépassant allégrement les x2, x3… et autres cœfficients multiplicateurs.

Le taux de désabonnement est quant à lui l’indice d’une mauvaise campagne, ou d’une « pression marketing » trop importante (à ce sujet, voir l’article sur la définition de la Pression Marketing).
Inutile de dire qu’un taux élevé (plus de 0.5% sur les gros volumes) est une sonnette d’alarme qu’il vous faudra écouter avec attention.

6 réponses sur “Quels indicateurs suivre”

  1. On voit de plus en plus de lien « Si vous n’arrivez pas à visualiser ce mail… », il peut être également intéressant de suivre le taux de clic sur ce lien pour adapter le format du mailing.

  2. Bonjour Mezzo,

    Tout à fait !
    Il est effectivement intéressant de connaître le tx. de clic, lien par lien, et de dresser une carte des « zones chaudes » de l’email.

    Et j’ajouterai simplement que l’analyse des clics pousse parfois à avoir quelques surprises… où l’on constate que le lien le plus cliqué est le fameux « si vous n’arrivez pas à lire cet email » ce qui est alors généralement symptomathique d’une « mauvaise » gestion de la campagne emailing…

    A bientôt,

    Marco – Emarketool

  3. Bonjour

    Je ne suis pas d’accord avec Marco sur sa conclusion « “mauvaise” gestion de la campagne emailing » à partir d’un taux de clic important sur le lien “si vous n’arrivez pas à lire cet email”.
    En effet, aujourd’hui, la plupart des internautes bloquent l’affichage des images dans leur gestionnaire de messagerie ou leur webmail (quand ce n’est pas une fonction native).
    Par peur des virus cachés dans les images, ils preferent lire l’email sur la page miroir c’est à dire sur une page internet plutot que dans leur gestionnaire de messagerie, c’est à dire en telelchargeant les images sur leur ordi.
    C’est une tendance, à confirmer par des mesures plus precises encore.

    Enfin, le debat est ouvert …

    Bruno

  4. Bonjour Bruno,

    Merci de votre participation.
    Effectivement, tu as raison dans le sens où certaines messageries bloquent de fait (ex. Outlook) l’affichage des images dans les emailings… reste que l’internaute peut choisir (message d’alerte) d’autoriser le dit affichage sur un emailing en particulier.

    Et je pense qu’il s’agit là du comportement standard de l’internaute : oui, le message m’intéresse, j’autorise l’affichage des images… ou non, le message ne m’intéresse pas, je n’affiche pas les images.

    Enfin, pour conclure, mettons que sur un email html avec un message cliquable (ex. « + d’infos » ou « j’achéte ») on constate 100 clics sur ces liens et 1000 clics sur le lien « Afficher correctement… » on pourra donc dire qu’il y a problème.

    Mais tu as raison d’indiquer qu’une analyse affinée et préférable.

    Le débât reste ouvert… ;)

    Marco – Emarketool

  5. Au sujet du taux d’ouverture, on constate, d’année en année, un véritable chute de ce dernier !

    Un routeur réputé nous indique qu’un taux d’ouverture, alors encore aux environs de 30% en 2006, est passé à 20% l’année suivante, et en 2008, ce taux serait proche des 19%

    Sans doute signe de l’expérience toujours plus importante des internautes en matière d’emailing, et d’une certaine lassitude envers cet outil de communication (du moins lorsqu’il est utilisé à titre commerciale).

    A bientôt,
    Marco pour Emarketool

Répondre à Mezzeo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *